Lettre à ce Papa… tendre et aimant

Ce Papa, c’est le Papa de H.

 

Pendant ma grossesse, tu m’as accompagnée à tous les rendez-vous gygy sans broncher, et tu n’as pas fui devant les premières séances d’inspection vaginale. Tu as su te montrer discret en étant présent, à chaque fois.

Tu as su me réconforter lorsque j’ai passé mon amniocentèse, et tu as regardé la grande et grosse aiguille effleurer Mini-Nous en t’efforçant de te montrer décontracté. Je sais que pour toi, c’est un effort remarquable.

Lorsque j’ai été hospitalisée à 6 mois de grossesse, tu es venu me voir chaque jour pendant presque 3 semaines. Tu as passé de longues heures sur la route, et dans cet hôpital, à mes côtés. Tu m’as couverte de gâteaux et autres douceurs. Tu m’as téléchargé toutes les saisons de Grey’s Anatomy pour mes nuits d’insomnies. Tu m’as fait mes lessives de culottes de grosse baleine. Et, tu m’as fait ma toilette lorsque je n’avais pas le droit de me lever. On a gagné 50 ans côté intimité.

De retour à la maison, j’ai été alitée. Et tu as continué à prendre soin de moi. Tu m’as préparé mes plateaux repas avant de partir au travail. Tu m’as même fait une coupe de cheveux et une coloration. Pourtant, ton job a toi, c’est militaire. Pas coiffeur. C’est pour ça que tu me plais. Tu bouscules les codes.

Tu as préparé la voiture quand j’ai eu ces contractions en cascade. On y était. Tu t’es garé comme dans les films, devant les urgences de l’hôpital. Et tu as couru chercher une infirmière. Tu as été suffisamment persuasif et autoritaire pour qu’elle me prenne en charge dans la minute qui suivait. Merci mon Amour.

20160905_150942.jpg

Lorsque j’ai supplié ma mère pour avoir la péridurale (alors que ça faisait 9 mois que je disais « non, la péridurale, pas besoin »), tu ne t’es pas moqué. Tu as juste esquissé un léger sourire, et tu m’as tenu la main pendant que l’on me piquait.

Installée en salle d’accouchement, tu es resté à ma droite. A m’encourager, me féliciter, me soutenir. En parfait binôme avec la sage-femme, tu a été mon pilier. Je t’ai écouté. Et j’ai été fière de toi. Tu enfilais déjà ton costume de Papa sans t’en rendre compte.

Lorsque H. a pointé le bout de son nez, je l’ai embrassé et tu as coupé le cordon et accompagné la sage-femme pour effectuer les premiers soins. Le gygy t’a demandé de ne surtout pas regarder mon entre-jambe. Sortie du placenta Messieurs Dames, et par ici la couture ! Qu’as-tu fait? Tu as regardé. Mais tu as gardé ton self-contrôle, et n’en a jamais parlé. Ok. Warrior.

Depuis qu’H. est né, tu me surprends chaque jour.

Tu lui as donné son premier bain à la sortie de la maternité. Tu t’es levé la nuit pour lui donner le biberon. A 1 mois, quand tu l’habillais, tu avais peur de lui casser un bras, t’étais vraiment attendrissant. Tu lui prépares ses purées maison (et même que tu lui manges la moitié de son pot).

Il a 1 an et tu as déjà passé des semaines à t’en occuper seul quand je suis au travail. Tu es un Papa Poule. Sans aucun doute.

Tu es inquiet chaque minute qui passe. Ta vie a changé. Tu ne peux plus faire ce que tu veux quand tu en as envie. Tu es fatigué. Tu ne te relâches jamais.

Mais tu as l’amour de ton fils. Ce petit être qui te ressemble, qui a la même mèche rebelle, et qui te dit « bwabwa ».

Tu es le meilleur papa du monde. N’en doute jamais. Je t’aime

 

P’tite Poulette

 

 

 

 

 

Publicités

6 réflexions sur “Lettre à ce Papa… tendre et aimant

Un petit mot ...? Chouette !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s